Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de docteurlabuse.over-blog.com

On vit une époque formidable.

DANS TES RÊVES.

Madame rêve.

 Faire le distinguo entre rêve et réalité devient de plus en plus difficile. Christopher Nolan et Leonardo di Caprio nous embarquent dans un sac de noeuds qui s'appuierait sur des théories, voire des faits "scientifiques", nous faisant prendre des vessies pour des lanternes censées nous éclairer. Ce qui donne des dialogues surréalistes, à la limite du n'importe quoi, exempts du moindre humour, sur des images qui ont du plonger le réalisateur dans un douloureux dilemme : 3D ou pas 3D ?

L'inception du titre, consiste, si j'ai bien compris, à aller planter une information dans le rêve d'un individu, sans qu'il la repère comme intruse, et donc d'y créer un décor intime, propre au sujet. Il faut pour  y parvenir créer les lieux propices à sa mise en confiance . On se rappelle du pas de vis creusé dans le cou des personnages de Matrix, permettant de les brancher pour circuler dans l'autre monde. Chez Nolan il suffit d'un bracelet et d'une valise qui renferme un truc à pistons dont le fonctionnement n'échappe à aucun spectateur, à part moi je l'avoue.

Di Caprio, le chef, est le spécialiste de cette technique, quoiqu'il y ait laissé des plumes dans une expérience précédente. Sa femme. Marion Cotillard. Elle erre dans les "Limbes", une espèce de troisième sous-sol des rêves. Ne faisant plus la différence entre rêves et réalité, elle se balance un soir par la fenêtre. "Ne fais pas ça !!!"  "siii"!", "nooon !"et c'est pas sur le trottoir qu'elle s'écrase, mais direct dans les Limbes. On pense qu'on va être tranquille. Mais non Edith Piaf revient (étrange coïncidence pour Marion Cotillard et un de ses rôles primés aux US), en fait la musique "Non rien de rien, je ne regrette rien.." Nous si. 

Donc une équipe genre Mission Impossible, des scènes de poursuite dans un temps qui se contracte et se dilate, comme les paysages, les immeubles et les sphincters des spectateurs. Il faut savoir que 5 minutes éveillées ça correspond à deux heures de rêve au premier niveau (on l'atteint en ascenseur) et plusieurs années dans les limbes (dernier sous-sol, mais vachement risqué). Un peu comme le film qui dure 2 heures 20, mais sans l'ascenseur. Donc vraiment 2 heures 20.

En résumé, ça donne à peu près ça.

Tout ça ne vaut pas Freddy. Quitte à pourrir la nuit de son prochain, autant mettre le paquet.
Et parole de cinéphile, Nightmare on Elm Street de Wes Craven est ce qu'on a fait de mieux.
Le remake n'est qu'une mise aux goûts du jour, après le passage de la scie. pardon SAW.
                                          freddy promo
Manipulations

On pourrait se pencher, cher lecteur, sur les possibilités de pénétrer l'esprit des foules, de l'influencer, de le soumettre enfin. Sans douleurs, en profondeur et de manière invisible.
En racontant des bobards ? en mettant des baffes ou des coups de matraques ?
Soyons plus malin. L'hypnose ? Un truc dans le genre, mais à part pour arrêter de fumer , ça sert pas à grand chose. Tout le monde se souvient de Kaa, le serpent python du Livre de la Jungle (version Disney): "Aie confiaaannssse ..." Les yeux en soucoupe , tandis que les anneaux se resserrent .
Non, le truc ça s'appelle la com. 
Voyons comment fonctionne la communication. Point n'est besoin d'autorité, on ne se soumet à rien. 
Les images subliminales, c'est dépassé. Au contraire, il s'agit de raconter une histoire, s'adressant à l'inconscient collectif, comme les fables.
Exemple.
C'est pas du Pixar, mais ça pourrait. Les mêmes ficelles. "L'épopée de l'énergie". On survole une campagne rustique, les cours d'eau et ses moulins,  en faisant du rase-mottes pour mieux assister à la domestication de l'Energie, atteignant enfin une ville Lego pour finir sur une centrale nucléaire.
Manque de bol, elle est au bord de la mer.
Non attendez, en me la repassant, j'ai aperçu les éoliennes dans la mer et les panneaux solaires juste à côté.
Au temps pour moi, j'allais dire des conneries.
Total nous pond des images du même accabit, mais ancrées dans le réel. Le haut de l'image montre des hommes qui en bavent dans le froid, ou dans le désert, tandis que sur la moitié inférieure, on est au chaud, on se douche et on s'endort dans la douceur de sa couette, après avoir éteint la lumière, insouciant de ce que font les courageux travailleurs de l'énergie. Dormez braves gens, nous veillons sur vous. Un discours lénifiant qui laisse des traces dans notre inconscient, nous encourageant à le rester.
Inconscient.

Suggestion

Tâchons d'aller un peu plus loin dans les mécanismes qui peuvent modifier le comportement des hommes. Arrêter-moi si je vais trop vite.
Pour bien faire, il faudrait quelques années de cours intensifs et assidus sur les sciences du cerveau, la philosophie, la psychanalyse et les neurosciences très en vogue de nos jours( nous y reviendrons).
Rassurez-vous, chers lecteurs, je m'en tiendrai à l'essentiel. La méthode "C'est pas Sorcier", ou si vous préférez la psycho pour les Nuls. 
Alors en vrac:
*Les chaman, vous savez, les danses incantatoires, la transe, et une petite lichette de champignons hallucinogènes. Les témoignages sont légion. Tous les sujets soumis à ces procédés ont vu défiler leur vie, sont sortis de leur corps, ont fréquenté d'autres mondes, bref ils étaient tellement bourrés que la voix du sorcier pouvait tout obtenir.
*Le Fluide magnétique "découvert" par Messmer, un médecin autrichien du XVIIIe, dont les guérisons "miraculeuses" arrivèrent jusqu'à la cour du roi Louis (le seizième) où elles furent mises à bas par les scientifiques de l'époque, puis par le roi lui-même. Ce fameux fluide c'était la voix du praticien, ses mots, la suggestion qu'elle déclenchait.
Les débuts de l'hypnose, et on peut le dire de la psychanalyse.
*Sigmund Freud, le guérisseur par l'esprit (c'est Stefan Zweig, son ami  autrichien qui en parlait ainsi) aurait-il eu les même succès sans ce fluide magnétique que tous ces patients célèbres s'accordent à décrire. Sans remettre en cause les théories géniales de ce précurseur de l'étude du psychisme humain, il faut reconnaître que ce qui se dégage de l'homme (sur les images , nombreuses qu'on a tous vu) c'est sa sagesse, son regard perçant et sa zen attitude. On pense à Einstein, à Gandhi, un peu moins à Forest Gump (Tom Hanks/ Robert Zemeckis).
Autrement dit l'aura paternelle qui l'auréole est indissociable de ses succès thérapeutiques.
Faire "parler" un cerveau n'est pas qu'une histoire de technique.
                                    the brain 8  
                                    The brain that would'nt die
Soumission et autorité. Le poids des mots (Mile gram)

Alors se peut-il que dans certaines circonstances, notre comportement nous échappe ?
Sous l'emprise d'une autorité malveillante, aux desseins politiques troubles, ou bien dans le confort feutré de la chambre d'un hôtel 4* où on se croit le roi du monde.
Le côté obscur, en somme.

Mais comment s'y prendre pour entrevoir "cette part obscure de nous mêmes" (E. Roudinesco)
Dans les années 60 aux Etats-unis , un psychologue s'est fait remarquer par une "expérience" originale.
Stanley Milgram a tenté de mettre en évidence les comportements de soumission à une autorité.
Scientifique dans ce cas.
Un individu est invité à participer à une expérience sur "la mémoire". Il sera le professeur.
Il doit poser des questions à un sujet qu'il ne voit pas. A chaque mauvaise réponse, le professeur inflige une décharge électrique au sujet, qui finit par se plaindre . Les décharges électriques sur le curseur dont dispose le professeur vont jusqu'à 500 volts. Le professeur est "encadré" par un scientifique en blouse blanche, qui l'encourage à continuer, malgré la douleur qu'exprime le sujet, jusqu'à simuler une perte de connaissance. Un faux tirage au sort désigne les rôles. 
Le scientifique et le sujet sont des "acteurs". La majorité des candidats infligeront le maximum d'intensité au sujet.
Cette expérience a été reproduite de nombreuses fois dans de nombreux pays, avec à chaque fois les mêmes résultats.
Milgram voulait expliquer de cette façon l'Holocauste(entr'autres), en montrant que l'individu pouvait passer de l'état autonome, à l'état "agentique"(le sujet devient un simple agent, dans un processus qui le dépasse).
Nous ne serions pas capable, en majorité, de résister, la soumission l'emportant sur la conscience.
Au secours Rabelais. Science sans conscience n'est que:
- reponse A: un moyen de se faire du fric.
- réponse B: un moyen d'être célèbre .
- réponse C: ruine de l'âme.
Ceux qui ne savent pas auront comme récompense un truc où je me sers de tenailles rouillées...
PS: vous avez droit au dictionnaire.

 Donc scientique. Voyons le mode de recrutement des cobayes(traduction de la VO):

                           affiche Stanley Milgram
Donc du fric à la clé, pas de consentement éclairé du sujet (lui expliquer ce qui va se faire), et surtout une théorie déjà toute prête .
Une critique rare d'une expérience pourtant douteuse.
Le fait de réaliser une expérience sur un comportement risquant fort de modifier, voir d'engendrer ce comportement qu'on "étudie".
L'année dernière, la télé nous a refait le coup. Prime time: Zone Xtrème. Miss météo (Tanya Young) en maîtresse pan pan cucul et un jeu télé avec des candidats électrocuteurs et un enfermé qui hurle. 
Là encore, ils vont en masse griller le pauvre acteur dans son caisson !!
Le réalisateur voulait prouver le pouvoir de la télé sur les "masses", à la télé donc, suivi d'un débat télé sur la télé qui dénonce la télé...
Une mise en abîme ça s'appelle. 
Caméras cachées, "en immersion", mise en scène, ça ressemble en effet à Milgram experiment. 
-Combien ça coûte  pèse ?
- Milgram !
- De plumes ou de plomb ?
Et du plomb, le cinéma en a plein la tête de ses scénaristes. 
Je ne remets pas le refrain sur doctor Mabuse (prononcer Mabousé), ne ferai que citer I come Icare d'henry Verneuil, un mauvais Yves Montand, pour montrer quelques images d'un film allemand, dont la dernière génération est encore un peu à cran sur le Nazisme . Un prof va vouloir prouver à ses dépends qu'on peut facilement se retrouver derrière une bannière et quelques signes de reconnaissance pour déraper en moins de deux. La Vague.

Beaucoup plus percutant que Milgram, et surtout plus ouvert, plus propice à la réflexion.
Pour finir de mauvaise foi, pourrait-on tenter de refaire l'expérience de Milgram à Clichy-sous-Bois, avec un peu de fric à la clé.
Justement la clé, t'aurais intérêt à la planquer, mec.
PS: la réponse à science sans conscience, c'est la C, bande de nazes.

Bonne nuit les soumis.
                orange méca

 


Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article