Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de docteurlabuse.over-blog.com

On vit une époque formidable.

MARQUE-PAGES

A l'aube du festival de Cannes, la cavalerie médiatique se met au galop, au son du clairon de la critique, armée de ses dix grenades verbales, prêtes à exploser sur chacune des affiches des films sélectionnés, feux d'artifice de "Sublime, intense, Magistral, Bouleversant, Essentiel..."

Nous savons tous que pour apprécier un film, un livre, un morceau de musique, il faut être disponible, curieux, ouvrir ses écoutilles pour s'aérer les neurones, baisser le pont-levis pour laisser entrer l'inconnu.

L'année passée, le dessus du panier

L'année passée, le dessus du panier

La palme d'or 2016, c'était Ken Loach, avec Moi, Daniel Blake, et son message populaire, l'anti Marine, sur les damnés de la terre, l'Angleterre en l'occurence, celle juste avant le Brexit, et son dédale administratif dans lequel il ne fait pas bon se perdre, quand tu as déjà perdu ton boulot(précaire). Le notre est à l'avenant, mais fort heureusement, on reste ensemble.

La camera d'or, c'était DIVINES, de Houda Benyamina, avec ses deux actrices Oulaya Amamra et Deborah Lukumuena. La preuve qu'un film de "banlieue" peut se prévaloir d'un scénario captivant, sans jouer sur les poncifs de la marginalité c'est cool, de la débrouille/combine rigolote, de la guerre des gangs. La référence c'est plutôt Mustang de Deniz Gamze Ergüven(et ses ennuis dans la démocrature turque !) que Bande de Filles, offrant une image "conventionnelles" de ses personnages "marginales".

La Fille inconnue, des frères Dardenne (Jean-Pierre et Luc), avec Adèle Haenel, en  jeune médecin perturbée par la mort d'une anonyme devant la porte de son cabinet. Quasi documentaire (longs plans séquences), la jeune femme mène une enquête, d'abord par curiosité, peut-être un peu pour rompre avec sa solitude, jusqu'à l'obsession qui lui fait prendre des risques, pour un final surprenant. 

Frantz, de François Ozon, avec Pierre Niney et Paula Beer, c'est l'absent dont on parle dans ce film en noir et blanc. Au début du film, les deux protagonistes se recueillent sur sa tombe, après la fin de la première guerre mondiale. Nous sommes en 1918, et l'ambiance franco-allemande est loin de l'entente cordiale. La jeune veuve (Anna) et le l'ami présumé (Adrien) du défunt sont embarqués dans la tourmente des sentiments sur fond de rancune patriotique. Mais obtenir le pardon sur des mensonges...

A propos de mensonge et de manipulation, Le film qui sort de l'ordinaire, à mon avis :

Mademoiselle, de Park Chan-Wook ( l'auteur du film culte, Old Boy ), le coréen, dont voici une petite bande annonce. Les années 30, dans la Corée occupée par le Japon.

servante, maitresse, manipulation, érotisme.

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

joelia84 08/03/2020 13:56

coucou tout le monde! ça n'a pas vraiment de rapport avec l'article mais ça peut toujours servir! j'ai trouvé un site qui permet de toucher un ptit salaire (12€ de l'heure) en répondant à des sondages en ligne! c'est pas beaucoup mais ça permet tout de même de mettre du beurre dans les épinards et l'inscription est gratuite!
bref! voilà le lien du site pour qui ça pourrait intéresser: https://vu.fr/XJCM

cleaning services 10/02/2018 09:48

Pro-Serv would be the hands-on, whole service business oriented cleaning corporation in Phoenix, arizona, Arizona. Our prepared professional workers ensures reliable and answerable cleaning services to our valued shoppers. We importance our people approximately we value 100 % free they work. Our goal is usually to provide just one solution for all of your current Janitorial, Clean-up, and Repair Service desires.